Toi

Publié le par Sandra


Comme un passant en mal d'aimer
Tu me regardais m'animer
L'oeil triste et le coeur en lambeaux
Relève-toi. Tu es si beau.

Laisse-moi réchauffer tes mains
Qu'importe que sera demain...
Qu'importe les jours, les semaines
Le temps panse toutes les peines. 

Ô toi, l'étranger sur la Terre,
Dans l'aube enneigée tu te terres
Comme un
enfant en mal de bien
Tu me regardes, l'air de rien.

Comme un clandestin passager,
Longtemps tu m'as dévisagée
Bravant les lignes du destin
De nos lendemains incertains.

Et dans la blancheur du dehors
Tes pleurs, comme des gouttes d'or
Brisaient la grêle ; et puis le vent
S'en allait au soleil levant...

Te souviens-tu de ces jours vains ?
Maintenant, tu vas et tu viens
Tes rêves à jamais gravés
Au fond de tes yeux délavés.

***

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article